[GALLERY] EAU – TISME

Bordeaux, FRANCE
Octobre 2017

Photos : Marion VACCA

« Mathéo, Vincent, Zakhar et Ringo ont entre 12 et 18 ans et sont atteints de Troubles du Spectre Autistique avec déficience intellectuelle. La France a de sérieux efforts à fournir concernant la prise en charge des personnes présentant ce type de trouble par rapport aux autres pays. En effet, l’histoire française a été marquée par une culpabilisation de la famille, notamment de la mère, par le courant psychanalytique. Il faut savoir que les personnes présentant ces troubles, sont très sensibles à leur environnement et notamment aux sons qui les entourent. J’ai remarqué que ces enfants étaient très à l’aise dans le milieu aquatique et qu’ils semblaient plus joyeux dans cet élément que sur terre. L’eau leur permet de mieux prendre conscience de leur corps et de créer une enveloppe contenante et sécurisante. Ce sujet a été entièrement réalisé à l’argentique. »

Vendredi arrive, le temps est pluvieux, les gouttes d’eau glissent lentement sur la paroi de la vitre, Vincent observe l’exterieur durant tout le trajet sans dire un mot.

Matheo, Vincent, Zakhar et Ringo ont entre 12 et 18 ans et sont atteints de Troubles du Spectre Autistique avec deficience intellectuelle. Tres à l’aise dans le milieu aquatique, ils sont photographiés ici en séance de piscine à Hendaye.

Vincent se dirige vers l’entree de la piscine avec ses affaires.

Les adolescents partent se changer dans les vestiaires en autonomie. Ils se montrent happes par les stimulations (le bruit, les lumieres, la chaleur…), obligeant les éducateurs a les stimuler verbalement pour qu’ils continuent de s’habiller.

L’éducatrice essaye d’apprendre à plonger à Vincent et lui dit de rentrer la tête la première dans l’eau, elle lui demande alors de lui montrer où est sa tête. Cela peut paraitre anodin, mais Vincent a des gros troubles dissociatifs et a une image de lui assez fragmentée. Il n’arrivera cependant pas à plonger tête la première mais sautera tout de même dans l’eau.

Hors de la piscine, Matheo reprend ses stereotypies (mouvements repetes, crispations ou contractions des muscles dans le cas de Matheo) qu’il n’avait pas dans l’eau, element qui semble l’apaiser.

Une fois a la surface, il retirait son bonnet, repartait sur le plongeoir, se recouvrait a nouveau le visage et reproduisait ainsi cet enchainement une dizaine de fois. Les personnes autistes ont tendances a se creer des sequences qu’ils repetent longuement, cela leur procurent une grande satisfaction.

L’eau est leur terrain de jeu favori, Zakhar est plus souvent sous l’eau qu’en surface, il s’amuse a aller toucher les fonds de la piscine, remonter a la surface. De temps en temps, il reste immobile, les yeux ouverts sans lunettes et observe ce qui l’entoure. Matheo, Vincent, Zakhar et Ringo ont entre 12 et 18 ans et sont atteints de Troubles du Spectre Autistique avec deficience intellectuelle. Tres à l’aise dans le milieu aquatique, ils sont photographiés ici en séance de piscine à Hendaye.