C’est le cri de rage qui aura mis du temps à sortir. Tard dans la nuit, trop spontané, trop brouillon, pas corrigé, peu relu… Aussi vif à écrire que dangereux à publier. La vérité sans filtre. Entourés par des murs il est plus facile d’imaginer avoir la force de les briser, de se libérer du jugement des autres et des conséquences incontrôlés de la parole débridée ; Alors parlons-nous franchement. Dans un récit bordélique. Seule tentative pas réussie mais non avorté de faire le point, de tenter d’expliquer et de « se projeter vers l’avenir ».

 

 

La justice : nique bien sa mère

 

Les pressions de la police puis de la justice auront couvert l’encyclopédie du harcèlement. Ils auront usé de tous les outils qu’ils soient disproportionnés, extra-judiciaires ou carrément illégaux. Quand le ministère de l’intérieur perd ses procès (comme le 10 avril à Rennes), la reconnaissance de sa défaite lui est tellement insupportable que le parquet fait appel. Un autre jour, quand il sent que les avocats vont démonter un arrêté préfectoral usant des dispositions de l’état d’urgence : il renonce à les confronter à l’audience en se dérobant la veille de celle-ci. Comme des lâches.

Tous ces mauvais perdants en robes, suintants leurs places déjà réservées dans le panthéon des traitres à la république et des magistrats corrompus. Ils ne sont même pas courageux. Ils n’assument pas. Ce genre de procureurs frustrés qui engagent des batailles de regards à l’audience, comme des gamins de 10 ans dans une cour de récréation. Ces racailles de prétoires relégués à de simples portes-paroles du mensonge et de la manipulation politique ; Ils se dressent là, vociférants des réquisitoires qui n’ont même pas été écrit par eux. Comme des caisses enregistreuses des dérives de l’état, usant d’autant de violence illégitime avec leurs mâchoires que les flics avec leurs matraques.

Je voudrais vous haïr mais la solitude de la personne que tout le monde déteste et qui finira forcement par se haïr elle-même d’avoir troqué son humanité contre un peu de pouvoir, est une bonne punition. Vivant dans un purgatoire en plus d’y envoyer des innocents sans en exprimer la moindre émotion. Ils sont morts-vivants, ce sont des spectres qui n’appartiennent plus au monde des gens heureux ; Essayant de remplir l’enfer dans lequel ils se sont enfermés en âmes fraiches. S’il n’avaient pas en partie déchiré mon avenir, j’aurai pitié de leurs destins de damnées.

Grace à eux je n’ai donc plus rien à perdre. Toutes ces gardes à vues et ces privations de libertés, ces procès qui s’enchainent une fois par mois, ce contrôle judiciaire, ces pointages au commissariat chaque semaine à l’autre bout du pays, ces convocations incessantes, ces arrêtés d’interdictions illégaux, ces obstructions à mon travail, ces vols et destructions de matériel, ces menaces de morts émanant même de policiers et de gendarmes sur leurs profils Facebook, ces petits coups de pressions par la police en civil dans la rue, ces petites « visites de vérification » chez mes proches…

 

 

« Patienter huit mois et laisser la pression faire son oeuvre »

 

Aujourd’hui ma société est détruite. Sans avoir pu me déplacer pendant huit mois je n’ai pas pu travailler et je n’ai pas gagné d’argent. Ma famille souffre, elle est oppressée et terrifiée, quand elle n’a pas peur que l’on m’enlève la vie elle en arrive à craindre en secret que je ne le fasse moi-même. Ma vie privée aura explosé sous la pression et les absences obligées, j’ai perdu le peu d’amour qu’il y avait dans mon quotidien. Je n’ai plus d’appartement. Je ne gagne pas 300€ par mois. Je n’ai pas de voiture. Je ne possède plus rien. Voilà, c’est la réalité de ma vie depuis qu’on a décidé de me la pourrir par tous les moyens.

Pensez-vous vraiment « Oh grands stratèges du Ministère de l’Interieur » que de détruire tout ce qu’un homme aime ou possède, ce qu’il a mis des années à construire de ses mains et à chérir avec son coeur, va d’une manière ou du autre le faire renoncer à entretenir la flamme de ce en quoi il croit ? Êtes-vous à ce point infiniment stupides, terriblement cons, ou n’avez-vous jamais ouvert autre chose qu’un manuel de police pour fantasmer que l’on peut modeler les rêves et les passions de quelqu’un par l’usage de la constriction ou de la violence ?

Vous n’avez eu aucune limite et n’avez respecté aucune des règles que vous souhaiteriez être appliquées à vous-même.

 

 

Des cicatrices, des convictions et des remerciements

 

En cinq ans de reportages j’aurai reçu 8 éclats de grenades de désencerclement qui m’ont laissées des traces indélébiles sur les jambes, les cuisses et les bras. J’ai subis des fractures multiples sur les mains et les côtes à coups de matraques, une fracture au pied causée par un projectile de LBD40, je me suis fait attaquer à la tronçonneuse par le représentant de la FNSEA du Tarn, je me suis fracturé les métacarpes sur le visage d’un manifestant contre le « mariage pour tous » qui venait d’éclater ma caméra (mais celui-là ne compte qu’à moitié). Des six plaintes que j’ai déposé à l’IGPN, aucune n’aura eu de suites.

J’ai accepté de faire ce métier par conviction et malgré les blessures physiques et morales je ne regrette rien. Quelque part, secrètement, on est tous fiers de nos cicatrices. Mais c’est quand l’État déploie l’hydre du harcèlement policier et judiciaire contre ceux qui refusent de se taire ou d’être effarouchés par les armes, lorsqu’il se met à littéralement péter les plombs et à se torcher avec l’original de notre constitution : c’est à ce moment là que la situation devient incontrôlable et que des vies sont brisées. Je ne suis ni le seul, ni le premier et malheureusement pas le dernier à le subir. J’espère au moins que mon histoire servira à mettre en lumière celle de ceux que personne n’écoute, de ceux que personne ne voit se faire broyer injustement et dans un long cri silencieux.

Pour avoir encore le droit à la parole et qui sait peut-être même à la liberté, je tiens à remercier du fond du coeur mes avocats : Aïnoha Pascual, Vincent Fillola, Boris Rosenthal et Raphael Kempf. En plus d’être des personnes extra-ordinaires vous maitrisez à la perfection les rouages d’un monde que je ne comprends pas. Comme des musiciens jouant une symphonie inconnue, dramatique mais grandiose, je découvre à travers vous la musique des virtuoses du droit. Vous imposez le respect dans ce que vous faites et les causes que vous défendez. Vous sauvez notre honneur et nous rendez la dignité à tous. Merci pour ce que vous avez fait, merci pour ce que vous faites. Sincèrement et avec tous les haut-parleurs du mélodrame allumés : vous m’avez aidé à trouver la lumière dans les ténèbres. C’est quelque chose qu’on oublie jamais.

À ceux qui ont collaboré avec Taranis News dans le passé et ceux qui sont encore là aujourd’hui, je ne sais pas comment vous remercier pour tout ces moments. Compter le nombre d’aventures enrichissantes qu’on aura partagé ensemble est impossible tellement elles sont nombreuses et indescriptibles par des mots. J’ai tellement appris à vos cotés. On s’est portés, on s’est formés, on s’est coatchés, on s’est soignés, on s’est sauvés. Certains ont tracé leurs routes et continuent à leur manière de faire un travail tellement humain, parfois sur d’autres continents mais toujours avec le coeur. J’ai l’impression qu’on aura jamais eu le temps de profiter d’un calme dans la tempête pour se connaitre vraiment. Mais comme ce n’est pas la fin, ce ne peut-être que le début. Alors à bientôt sur le terrain.

 

 

Et maintenant ?

 

Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le début de la fin. C’est la fin d’un commencement. Un grand ménage de printemps.

La France ne chérie plus sa liberté. Elle se satisfait du médiocre et du prêt-à-penser. Elle s’enflamme un million de fois plus pour une faute d’arbitrage dans un match de foot, que contre l’interdiction de donner de la nourriture et de l’eau à des réfugiés. Elle accepte que ses libertés lui soient arrachées simplement pour ne plus ressentir l’angoisse en regardant un journal de 20h. Oui, ça coupe l’appétit de voir la misère, de savoir qu’en bas de chez soi des gens souffrent, dorment et meurent dans la rue, sont pourchassés et traités comme des chiens. Oui, c’est dur de voir ses enfants se faire tirer dessus par sa propre police. Oui, ce n’est pas facile d’accepter de vivre dans un pays qui devient raciste et qui l’assume. Un pays qui frappe ses citoyens sans raison, qui ruine les vies d’innocents, qui pourchasse les témoins, qui emprisonne les journalistes, qui gouverne par ordonnance comme Louis XIV… Jamais nous n’avions autant eu besoin de journalistes pour le dire, pour le démontrer. Pour le dénoncer.

Il faut continuer à faire entendre les voix discordantes. Ceux qui ne comprennent pas que les progrès sociaux naissent dans la douleur et les confrontations seraient bien avisés d’ouvrir un livre d’Histoire de France. Il faut continuer à faire entendre les voix des faibles et de leurs défenseurs, des indésirables, des persécutés, des victimes de guerres qui ne sont pas les leurs. De ceux qui les aident. Pour ça il faut des gens qui ont encore le courage de le faire, malgré les « éléments de langage », malgré la précarité, malgré les pressions, malgré les intimidations, malgré les menaces, malgré les malheurs et les souffrances.

Vous avez fait don de plusieurs milliers d’euros à Taranis News en un an, sans quoi nous aurions disparu depuis longtemps. Tout cela rend infiniement humble. Vous l’avez fait parce que vous aviez confiance en notre persévérance et j’aimerai vous dire que votre investissement n’est pas perdu. Il continue et continuera à faire fructifier le droit à l’information. Parce que l’aventure continue, et que c’est grâce à vous.

 

Taranis News va changer de forme juridique et se transformer pour devenir moins vulnérable. Cela prendra un certain temps, deux, peut-être trois mois (jusqu’à la rentrée). De l’exterieur vous n’en verrez rien : tout continuera comme avant, peut-être même en mieux. Des reportages seront publiés, des articles seront encore écrits. Peut-être un peu moins souvent, peut-être là ou vous ne vous y attendez pas. Mais « Taranis » n’a pas dit son dernier mot. L’orage gronde à l’horizon ; L’entendez-vous ?

 

 

J’ai simplement besoin de penser et de vivre à nouveau. Quand on consacre tout son temps à se battre pour les autres on s’oublie, on se perd, et on s’éloigne des gens qu’on aime. On se retrouve seul au milieu de la foule. 

 

 

À très bientôt, chers lecteurs. Mes amis. Mes camarades. Mes frères et soeurs.

 

 

« Turn on, tune in, drop out. »

 

 

À Lucie.

 

Gaspard Glanz