Ce samedi premier octobre, une manifestation était organisée pour dénoncer les conditions dans la Jungle de Calais. Interdite au dernier moment par la préfecture, près de 170 personnes venues en bus ont été empêchée de rejoindre la manifestation.

A l’entrée de la Jungle, 200 réfugiés et soutiens ont fait face aux forces de l’ordre avant que la situation s’envenime. Les CRS ont fait usage de flashballs, de camion à eau et de gazs lacrymogènes. La situation s’est détendue en fin d’après-midi. Les tensions dans la Jungle se font de plus en plus sentir à l’approche d’une possible évacuation.

manif-calais-01-10-2016-2

Près de 200 réfugiés et soutiens ont tenté de sortir de la Jungle pour manifester

manif-calais-01-10-2016-5

Les forces de l’ordre ont repoussé les réfugiés en usant de gazs lacrymogènes et d’un canon à eau

manif-calais-01-10-2016-6

Plusieurs réfugiés brandissaient des drapeaux anglais pour exprimer leur souhait de quitter la Jungle et de se rendre au Royaume-Uni

manif-calais-01-10-2016-4

De nombreux réfugiés observaient les affrontements sans y prendre part

manif-calais-01-10-2016-9

Des affrontements ont eu lieu pendant plusieurs heures, jusqu’en fin d’après-midi où la situation s’est calmée

 

manif-calais-01-10-2016-19

En fin d’après-midi, les forces de l’ordre ont pris position tout autour de l’entrée de la Jungle sans pour autant y pénétrer

manif-calais-01-10-2016-26

Les gazs lacrymogènes ont plané longuement sur la Jungle

De plus en plus de réfugiés craignent une expulsion prochaine de la Jungle et s’inquiètent de leur futur