Vendredi, plus de deux cents migrants ont trouvé refuge au lycée désaffecté Guillaume Budé, dans le 19ème arrondissement de Paris. Depuis l’évacuation du camp de La Chapelle en juin, le collectif « La Chapelle en Lutte » ne peut plus leur fournir d’aide juridique et scolaire, faute d’un lieu stable. La rue Jean Quarré, nouveau refuge au cœur de la Capitale ?

PHOTOS : Pierre GAUTHERON

 

image

Abandonné depuis plusieurs années, l’établissement possède encore l’électricité et l’eau courante

 

image

Le téléphone est le dernier lien avec les proches. La grande majorité des refugiés sont afghans, soudanais ou érythréens

 

image

Un délégué explique la situation suite aux négociations avec la mairie de Paris qui refuse toute discussion tant que des listes de noms n’auront pas été constituées.  Elle a indiquée ne pas vouloir procéder à une évacuation dans l’immédiat

 

image

Un migrant prie dans un coin de la cour du lycée

 

image

Malgré les dons réguliers des habitants du quartier, les conditions de vie sont difficiles

 

image

Tout est bon pour occuper les journées, la cour de récréation permet de se libérer des tensions

 

image

Dimanche, une fête des voisins est organisée pour rencontrer et sensibiliser les habitants du quartier. Sur la banderole, quatre langues : français, anglais, arabe et hébreu

 

image

Malgré le barrage de la langue, les habitants discutent avec les réfugiés

 

image

La nuit tombée, la cour de récréation devient une piste de danse le temps de quelques heures

 

PHOTOS : Pierre GAUTHERON